top of page
  • nawelrc

Le financement : pilier du succès des essais cliniques ?

Bien que les autorisations des autorités compétentes soient inévitables pour le démarrage d’un essai clinique, il existe un prérequis fondamental qui se démarque : le financement. En effet, le financement représente la toute première case à cocher sur la liste des priorités, donnant le coup d'envoi à la concrétisation d'un projet de recherche.


En France, le ministère de la Santé et de la Prévention propose plusieurs programmes qui visent à soutenir différents types de recherche tel que la recherche translationnelle, médico-économique, clinique …etc. Pour les essais cliniques, des appels à projets tels que le Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) sont proposés. Ce dernier inclut le PHRC-N pour la recherche clinique nationale, le PHRC-K pour la recherche clinique en cancérologie et le PHRC-I pour la recherche clinique interrégionale.

D’autres programmes concernant d’autres types de recherche sont mis en place (liste non exhaustive) comme le Programme de Recherche Translationnelle (PRT) qui permet d'appliquer les découvertes de la recherche fondamentale à la recherche clinique, le Programme de Recherche Médico-Économique (PRME), le Programme de Recherche sur la Performance du Système des Soins (PREPS) et bien d’autres.


Chaque année, la direction générale de l'offre de soins (DGOS) lance des appels à projets permettant aux équipes hospitalières de proposer des projets de recherche, soumettre des dossiers d’appel d’offres et de bénéficier d'un soutien financier.


En plus des financements publics, les entreprises industrielles, les fondations et les bourses offrent parfois des financements supplémentaires pour soutenir les projets de recherche.

Grâce à ces financements, le promoteur pourra mettre en place une équipe de recherche compétente, coordonner les activités de l'étude, gérer les aspects logistiques..etc. Un financement insuffisant peut entraîner des retards, une réduction de l'équipe de recherche, ce qui peut compromettre la qualité des données collectées et remettre en question la validité des résultats.


Les équipes investigatrices dépendent également du financement qui couvre les coûts liés à leur participation, tels que le temps consacré à la recherche, les frais du personnel, les tests de laboratoire, le stockage et dispensation des traitements et les dépenses administratives. Un financement inadéquat peut également compromettre le bon déroulement de l’essai.


En d'autres termes, sans un financement adéquat, un projet de recherche clinique ne peut tout simplement pas voir le jour. Même avec un financement limité, mener à bien un essai clinique représente un défi de taille pour les professionnels. C’est l’avis de 95% des professionnels de la recherche clinique pensent que le financement a un impact sur les résultats des essais cliniques (selon les sondages effectués sur LinkedIn et sur LRC).


Il n’est évidemment pas question de noircir le tableau des études avec un budget limité. Ces dernières ne sont pas nécessairement vouées à l’échec mais elles seront plus susceptibles d’avoir des difficultés. Par exemple, si le nombre d'inclusions prévu n'est pas atteint, il serait compliqué de prolonger l'étude faute de budget indisponible pour le faire.


Un autre exemple, est le nombre de monitoring qui sera limité par faute de personnel ou à cause du budget des déplacements limité. Par conséquent, toutes les données ne pourront pas être vérifiées correctement. Cela pourrait même (dans les pires des cas) compromettre les résultats d’analyse de l’étude.


Il est donc primordial d'avoir un budget adéquat pour faciliter le déroulement des essais cliniques et de le mener de façon rigoureuse. Ainsi, un financement conséquent offre de meilleures perspectives mais cela ne doit pas sous-estimer la qualité des études ayant des ressources limitées.

Commentaires


bottom of page