top of page
  • nawelrc

Maladie de Parkinson : Une lueur d'espoir grâce à la découverte d'un biomarqueur

La maladie de Parkinson touche plus de 270 000 personnes en France. C’est une maladie neurodégénérative qui touche principalement les personnes âgées et qui se caractérise par des symptômes moteurs tels que la tremblante, la rigidité et la bradykinésie. Cependant, de nombreux patients développent également des symptômes non moteurs tels que la dépression, l'anxiété et la perte de l'odorat. Jusqu'à présent, le diagnostic de la maladie de Parkinson reposait principalement sur l'observation des symptômes et il n'existait pas de test de diagnostic spécifique.

Une récente étude a permis l'identification d'un biomarqueur potentiel pour la maladie de Parkinson. L'étude a recruté 1123 patients, dont 545 étaient atteints de la maladie de Parkinson, 163 étaient des personnes en bonne santé sans preuve de la maladie de Parkinson, 54 avaient des preuves de la maladie sur des scans cérébraux, 51 étaient dans les premiers stades de la maladie et 310 avaient des mutations génétiques qui devraient causer Parkinson.

La question était de savoir si la présence d'alpha-synucléine (une protéine exprimée principalement dans le tissu nerveux) pouvait signaler Parkinson de manière précoce. Cette protéine s'accumule en amas dans le cerveau.

L'utilisation de l'alpha-synucléine comme test de dépistage précoce de Parkinson a permis de détecter la maladie dans 87% des cas chez les patients atteints. De plus, chez les volontaires qui n'avaient pas Parkinson, le test a montré l'absence de la maladie dans 96% des cas. Etonnamment, tous les patients n'avaient pas la même biologie. Chez 30% des personnes atteintes de la mutation LRRK2 (gène impliqué dans la maladie de Parkinson) la protéine alpha-synucléine n'a pas été détectée. Cette nouvelle découverte ouvre des perspectives de traitement pour les patients atteints de la maladie de Parkinson. Les différences biologiques observées dans les patients pourraient permettre de mieux cibler les traitements en fonction de la biologie spécifique de chaque patient.

Sources :

Comprendre la maladie de Parkinson | France Parkinson. (2023, 3 avril). France Parkinson. https://www.franceparkinson.fr/la-maladie/presentation-maladie-parkinson/


Herper, M. (2023, 13 avril). A Parkinson’s ‘game changer,’ backed by Michael J. Fox, could lead to new diagnostics and, someday, treatments. STAT. https://www.statnews.com/2023/04/12/michael-j-fox-parkinsons-biomarker/


Lesage, S., Leutenegger, A., & Brice, A. (2005). LRRK2, un gène de la famille ROCO impliquée dans la maladie de Parkinson. M S-medecine Sciences. https://doi.org/10.1051/medsci/200521121015

Comments


bottom of page