top of page
  • nawelrc

La recherche clinique au Maghreb : déroulement, défis et perspectives pour un avenir prometteur

La recherche clinique joue un rôle crucial dans le développement médical à travers le monde.

En Afrique, les pays du Maghreb contribuent à hauteur de 2,1% (dont 0,1% en Tunisie, 0,02% en Algérie et 0,03% au Maroc) des essais cliniques mondiaux (1).


Bien que ces chiffres puissent sembler modestes, il est important de noter que la recherche clinique en Tunisie, Algérie et Maroc est en pleine expansion, grâce à un potentiel significatif dans le domaine de la santé et de la recherche scientifique.


Déroulement de la recherche clinique au Maghreb :

Les essais cliniques sont gérés par les Contract Research Organizations (CRO) ainsi que les laboratoires pharmaceutiques qui se chargent généralement des soumissions réglementaires au ministères de la Santé et les comités d'éthique régionaux.

A noter qu'une CRO étrangère n'est pas autorisée à soumettre le dossier aux autorités réglementaires. Cela doit être effectué par une CRO locale qui a un contrat avec le sponsor ou une CRO étrangère, ceci pour les 3 pays.

Cependant, en Tunisie, il est possible que des sponsors internationaux ou des CRO étrangères contactent directement des investigateurs locaux pour effectuer les soumissions réglementaires eux-mêmes. De plus, certains laboratoires pharmaceutiques locaux préfèrent contacter directement les investigateurs locaux afin d'éviter de passer par les CROs, qui factureraient leurs services.


La réglementation est alignée sur les normes internationales de protection des données, telles que la Déclaration de Helsinki et les Bonnes Pratiques Cliniques internationales (ICH-GCP) ainsi que sur la réglementation locale de chaque pays.


Participation des médecins et centres investigateurs :

Contrairement à la France, les médecins dans les pays du Maghreb ne disposent pas d'un poste d'ARC hospitalier dédié. Toutefois, cela n'entrave en rien leur participation aux essais cliniques. Les centres investigateurs sont habitués à collaborer avec les ARC et les équipes investigatrices sont composées d'un investigateur principal, de co-investigateurs, d'infirmiers…(selon le besoin de l’étude), tous formés aux Bonnes Pratiques Cliniques.


Métier d'attaché de recherche clinique : Les ARC promoteurs dans les pays du Maghreb partagent les mêmes missions que leurs homologues internationaux.

Leur rôle englobe la mise en place, le suivi et la clôture des études cliniques. Les déplacements des ARC varient en fonction des besoins spécifiques de chaque étude.


Alors que la formation d'attaché de recherche clinique est vivement recommandée en Tunisie, Algérie et au Maroc, elle demeure facultative.

Des programmes de formation sont proposés par des CRO locales telles que ACTG-CRO (Tunisie) qui propose une formation à double certification (BPC+ARC) reconnue internationalement ainsi que Clinica Groupe en Algérie.


Pour les personnes n’ayant pas effectué de formation, l’attestation des bonnes pratiques cliniques est bien sûr obligatoire pour toute personne participant à la recherche et elle est fournie généralement par l’organisme recruteur.


Pour accéder au métier, il faut un profil scientifique avec un bac+5 minimum. Malheureusement, le marché de l'emploi dans la recherche clinique reste peu favorable, ce qui peut limiter l'accès à ce métier.


Difficultés de la recherche clinique au Maghreb :

Les pays du Maghreb doivent relever plusieurs défis pour renforcer leur développement en recherche clinique. Parmi ces défis figure la traçabilité des essais cliniques dans un registre.


De plus, les délais d'obtention des autorisations nécessaires, le manque d'infrastructures adaptées, la sensibilisation limitée du public à la recherche clinique et l'orientation des hôpitaux axée essentiellement sur les soins et pas sur la recherche, sont également des difficultés à surmonter.


Une solution prometteuse consiste à renforcer la participation et la sensibilisation du grand public à la recherche clinique en soulignant son importance dans le développement de nouveaux traitements médicaux.

De plus, face à la pénurie actuelle de médicaments, il est primordial de développer des stratégies visant à favoriser et à augmenter la gestion des projets cliniques locaux. Cela permettrait non seulement le développement de traitements locaux, mais aussi la création d'emplois et l'ouverture de nouvelles opportunités sur le marché du travail, notamment en introduisant le poste de technicien d'essai clinique déjà existant en Europe.


En adoptant une approche stratégique axée sur le renforcement de la recherche clinique, les pays du Maghreb peuvent non seulement améliorer les soins de santé, mais aussi stimuler l'économie locale et renforcer leur position sur la scène mondiale.

Il est donc essentiel de mettre en place les ressources, les infrastructures et les formations nécessaires pour soutenir cette croissance et permettre à la Tunisie, Algérie et Maroc de prospérer dans le domaine de la recherche clinique.


Sources :

Kommentare


bottom of page